Pango.fr-Agence N° 1 spécialisée SXO,SEO+UX

Champ sémantique : Comment concevoir une étude de mots-clés efficace ?

Vous vous demandez encore en quoi est-il utile de réaliser une étude des mots-clés pour votre entreprise ? Tout simplement parce que l’analyse sémantique représente les fondements d’une bonne stratégie de référencement. Sans étudier les mots-clés relatifs à votre marché, vous ne serez pas capable d’appréhender correctement votre présence sur le web. Une étude des mots-clés permet de mettre en place deux actions : 

 

  1. connaître les requêtes ou expressions-clés sur lesquelles vous apparaissez déjà et celles où vous devrez apparaître ; 
  2. définir des objectifs de création de contenu. 

Définition du champ sémantique

En guise d’introduction, il nous semble important de définir précisément ce qu’est le champ sémantique. Vous avez peut-être déjà une vague idée de ce dont il s’agit grâce au titre de l’article. Le champ sémantique est étroitement lié à la notion de mot-clé. 

Un champ sémantique est en quelque sorte un champ lexical de vos mots-clés. Pour rappel, un champ lexical est un ensemble de mots ou d’expressions qui sont relatifs à un thème en particulier. Les rédacteurs doivent faire attention à la dimension sémantique des textes. 

Cela doit se traduire dans vos pages web par l’utilisation d’un langage explicite, qui sert à la fois l’algorithme de Google et les utilisateurs. Pour qu’un texte soit le plus pertinent possible, il faut inclure des éléments sémantiques comme les adverbes, des adjectifs, des verbes, des homophones, des occurrences, des formes lexicales, expliquer les significations, intégrer des vocabulaires riches, s’attarder sur la grammaire et la syntaxe, la synonymie. En d’autres termes, préserver un lexique de qualité afin d’avoir un langage naturel qui respecte le sens linguistique.

Il faut savoir que les moteurs de recherche sont suffisamment développés pour comprendre le sens des mots que vous utilisez dans vos contenus. Les champs lexicaux servent donc cet objectif.

Pour une entreprise, s’attarder sur l’analyse sémantique revient à comprendre tous les mots-clés qui ont une importance pour son référencement sur internet. Il s’agit ensuite d’appliquer concrètement des optimisations sur les contenus textuels afin d’améliorer leur structuration et en finalité leur classement.

Le cocon sémantique

Pour aller plus loin dans le contenu sémantique, vous pouvez vous intéresser au concept de cocon sémantique. Le cocon sémantique a été largement popularisé en France par les travaux de Laurent Bourelly, dont le but est d’améliorer l’architecture d’un site web. 

Il faut donc travailler trois points : l’arborescence du site, le maillage interne et l’optimisation des contenus grâce à une bonne recherche sémantique. 

L’arborescence est constituée de différents silos. Un silo est considéré comme une branche de l’arborescence globale. C’est un parcours défini pour la navigation des utilisateurs. Les silos sont généralement dédiés à un champ thématique particulier, qui vient faire écho à un bon choix de mots-clés. Plusieurs silos revient donc à travailler plusieurs catégories sémantiques.

Le guide complet de l’analyse sémantique

Les notions clés indispensables à connaître avant de définir un champ sémantique

Courte traîne et longue traîne

Les requêtes que l’on nomme “courte traîne” ou encore short tail en anglais, sont celles qui accusent des plus gros volumes de recherche par les internautes. Ce sont des expressions généralistes, on identifie des requêtes comme telles lorsqu’elles comportent entre un et trois mots. Par exemple, “chaussure” ou “chaussure de sport”. 

Les requêtes “longue traîne” (long tail) quant à elles sont beaucoup plus longues comme leur nom l’indique. À partir de quatre mots tapés dans la barre de recherche, on considère la requête comme étant une “long tail”. Ce sont généralement des expressions très précises, comme par exemple : dans quel magasin peut-on acheter des chaussures de sport ? À noter que ces requêtes sont tapées beaucoup moins souvent par les internautes. 

Requêtes marque et hors-marque

On parle de “requête marque” lorsque l’expression tapée dans la barre de recherche contient le nom d’une entreprise ou d’une marque. Elles représentent souvent la majorité du trafic d’une entreprise connue. Une entreprise récente aura plus d’efforts à fournir pour se rendre visible avant d’atteindre ce stade. 

Les requêtes hors-marque sont quant à elles les plus convoitées. C’est là un des objectifs principaux d’une stratégie SEO : faire en sorte que les internautes atterrissent naturellement sur le site d’une entreprise sans avoir tapé le nom de la marque dans la barre de recherche. Les gains en termes de trafic peuvent être énormes si vous réussissez à être mis en avant par les algorithmes. Vous le remarquerez facilement grâce à l’évolution au sein des résultats de recherche. 

Les intentions de recherche

Peu importe la requête tapée sur un moteur de recherche, celle-ci répond forcément à une intention de recherche à la base. Pour vous aider dans l’élaboration d’un champ sémantique, nous allons distinguer trois types d’intentions de recherche. Cela peut être utile pour comprendre quel type de contenu il sera nécessaire de créer afin de répondre correctement aux besoins des internautes. 

  • Les requêtes informationnelles : Celles-ci sont directes et attendent une réponse rapidement. Par exemple, “nom président polonais”. Les mots-clés informationnels ont généralement un volume de recherche très élevé.
  • Les requêtes commerciales : On parle ici des internautes qui cherchent à obtenir des informations sur un produit ou un service bien précis. C’est souvent dans le but d’en savoir le plus possible avant de réaliser un achat, par exemple lorsque l’on traîne sur des sites d’avis ou de comparatif. Les mots-clés commerciaux détiennent des volumes de recherches moins élevés que les précédents.
  • Les requêtes transactionnelles : Il s’agit de l’étape qui suit la requête commerciale. L’internaute à l’intention d’acheter, il passe à l’action. Ce sont donc des requêtes qui représentent un volume de recherche encore plus faible que les autres.

Toutes les questions auxquelles vous pourrez répondre après avoir déterminé un champ sémantique

  • Quelles sont les grandes thématiques auxquelles mon site répond sur Google ? 
  • Quelles sont les expressions sur lesquelles vous êtes bien/mal ou pas positionné ?
  • Quels sont les mots-clés sur lesquels vos concurrents sont mieux positionnés que votre site ?
  • Quels sont les mots-clés importants pour le business de votre site ?
  • Quels sont vos points forts et points faibles ?
  • Quelles sont les expressions que vous allez travailler en priorité ?

La méthodologie pour bien choisir ses mots clés

La première étape consiste à découvrir tous les mots-clés qui sont relatifs à votre secteur d’activité. Pour cela il existe plusieurs méthodes, tous les avis se valent, il n’y pas de science exacte en référencement. Néanmoins, nous allons vous en présenter une. 

Analyser la SERP

On se dirige très vite vers des outils générateurs de mots-clés en oubliant que les pages de résultats de Google représentent une très bonne source de données. Vous pouvez le faire vous-même à la main dans un premier temps, en commençant par taper le mot-clé principal de votre site. Imaginons que vous êtes le ou la propriétaire d’un site web consacré au tennis de table. Tapez simplement “tennis de table” dans la barre de recherche pour vous rendre compte de toutes les intentions autour de ce mot-clé précis. Google met à notre disposition l’outil “recherches associées” en bas de page

En observant cet outil, vous pouvez avoir une petite idée de certaines requêtes tapées par les internautes et cela constitue un bon début dans votre recherche de mot-clé. Évidemment, cette technique étant limitée, elle ne doit pas être utilisée seule. 

Les 5 métriques UX à maîtriser

De nombreux outils très puissants ont été développés pour aider les référenceurs. Nous avons également écrit un article qui traite spécifiquement des outils SEO. Beaucoup sont partiellement gratuits et l’on peut se demander s’il n’y pas un fossé entre ceux qui ont les moyens de payer des outils et ceux qui ne le peuvent pas. Sachez que pour la suggestion de mots-clés, cela est tout à fait possible en utilisant intelligemment tous les outils gratuits disponibles sur le marché. Il en existe tellement ! En voici quelques-uns que vous pouvez tester pour avoir de nouvelles idées par rapport à votre secteur : Answer The Public, UbberSuggest, Adwords Planner. En manipulant les générateurs de mots-clés, l’objectif est de récolter un maximum de mots-clés relatifs à votre thématique. 

Le benchmark des concurrents

Analyser les requêtes sur lesquelles vos concurrents sont déjà positionnés représente une énorme source d’informations non négligeable.  Il faut d’abord déterminer qui sont vos concurrents, avant de pouvoir comparer vos classements et vos performances. Une des choses les plus importantes est de savoir sur quelles requêtes ils arrivent à se positionner alors que vous ne l’êtes pas. Essayez de comprendre comment ils ont fait, analysez leur stratégie SEO. 

Le brainstorming entre collègues

Il faut surtout comprendre quelles sont les expressions utilisées par votre cible, bâtir sa stratégie éditoriale sur des mots-clés qui n’ont pas de sens pour votre cible peut s’avérer catastrophique. Vous allez perdre un temps précieux, déjà que le référencement naturel est une affaire de long terme. Prenez bien le temps d’analyser les éléments de langage, les synonymes possibles, etc. L’analyse des expressions représente la base d’un univers sémantique. Notez également toutes les suggestions qui surviennent en mobilisant plusieurs cerveaux, cette technique permet une visualisation globale de votre activité. 

Trier vos mots-clés

Une fois que vous avez récolté un maximum de mots-clés, il est indispensable de les classer. Commencez par catégoriser vos mots-clés par rapport aux intentions de recherches, s’agit-il de mot clé transactionnel, informationnel, etc. Ensuite, triez les par volumes de recherche. C’est l’indicateur le plus important étant donné qu’il déterminera en grande partie l’intérêt que l’internaute porte aux mots-clés repérés. Un autre indice peut vous aider dans votre classement : la difficulté du mot-clé. Certains outils permettent de savoir à quel point l’expression choisie est concurrentielle. Éliminez d’entrée de jeu les mots-clés trop convoités. Après avoir terminé cette étape, vous devriez être en mesure de construire une stratégie SEO solide, se basant sur des données sémantiques valables. Le potentiel de votre site n’en sera que décuplé. 

N’hésitez pas à partager cet article !

Vous aimerez lire

Leave a Comment