Pangotrip à Viva Technology (3) : La techn’au féminin

20% d’effectifs dans les métiers du numérique. Un chiffre régulièrement rappelé aux visiteurs de Viva Technology, du 15 au 18 juin, pour illustrer le manque de diversité dans le monde de la tech. Les conférenciers pourtant n’ont pas manqué de rappeler à maintes reprises les apports de la gent féminine dans le domaine, tout en mettant en avant l’émergence de talents appelés à motiver la croissance de cette faible proportion. Le tout premier programme informatique n’a-t-il pas en effet été conçu en 1842 par UNE pionnière, en la personne d’Ada Lovelace ?

Au cours de ses déambulations dans les allées du plus grand salon européen de la tech et de l’entrepreneuriat, le chemin de la Pango Team s’est trouvé jalonné de conférences, échanges et tables rondes animés par des entrepreneuses et directrices talentueuses. Devant la profusion d’initiatives éclairantes, d’ateliers d’initiation et de présentations devant des publics aussi denses que captivés, l’avenir de la tech s’annonce plus féminin que jamais

discussion

Les conférencières sont à fond dans leurs exposés

Du speech au féminin

À Viva Technology en tout cas, on peut observer autant d’animateurs que d’animatrices, sur l’ensemble des thématiques mises en avant dans le salon. De l’univers médiatique à la deeptech, plusieurs figures d’autorité féminine se sont frayé un chemin derrière les micros des pupitres. “Notre premier lien avec l’intelligence artificielle se trouve dans notre autorité scientifique. Ça nous ramène à la raison pour laquelle l’UNESCO a été créée” [traduit] présente Audrey Azoulay, directrice générale de la fameuse institution, lors d’une conférence sur l’éthique de l’IA. En fait, les femmes s’avèrent si engagées, limpides et expertes dans leurs exposés, qu’aucune barrière de genre ne semble de mise à Viva Technology.

Engagement associatif

Et si le moindre doute pouvait subsister à ce sujet, les nombreuses associations dédiées aux femmes présentes aux quatre coins du Hall 1 de la Porte de la Villette devraient achever de les lever. Ainsi, le programme de la start-up associative DesCodeuses promet de “présenter l’accessibilité des filières de la tech [aux femmes des quartiers prioritaires] et le besoin du secteur de recruter des profils divers” d’après Souad Boutegrabet, fondatrice de la structure. 

En partenariat avec BNP Paribas, on peut également assister, à l’espace du groupe bancaire, aux conférences de l’initiative #WoGiTech, portée par les associations BECOMTECH, Digital Ladies and Allies et Simplon. Leur credo ? “Booster la diversité de genre dans les professions digitales” et “œuvrer à la féminisation des métiers de la tech”, à travers des rencontres, ateliers et sessions de mentoring, ouverts aux femmes comme aux hommes. “Une effervescence hors du commun […] et surtout une volonté collective d’innover de manière responsable et inclusive ont été les ingrédients clé de cette année, à l’image du dynamisme qui anime l’écosystème des startups” s’enthousiasment Maurice Lévy et Pierre Louette, co-directeurs, et Julie Ranty, directrice générale de Viva Technology. L’engagement des oratrices dans leurs domaines et leurs causes n’y est certainement pas étranger.

#WoGiTech

#WoGiTech : un vaste espace de conférences inspirantes 

Dans un salon aussi vaste et promoteur de domaines en grande partie masculins que Viva Technology, observer la parité parmi les conférenciers donne une impression particulièrement encourageante sur les progrès en la matière. Des efforts à suivre du côté des nombreuses activités et initiatives mises en avant pour booster le recrutement des femmes dans la tech et l’informatique

La femme est l’avenir de la tech

L’inclusivité et la place de la femme au sein du milieu font partie intégrante, sans le moindre doute, des lignes directrices du salon. La journée du samedi n’en constitue pas moins le point culminant, avec pas moins d’une douzaine de conférences spécialement consacrées à la question féminine. Coïncidence ? Viva Technology fait traditionnellement du samedi la journée ouverte au grand public. Une occasion en or de sensibiliser un jeune public en voie de scolarisation dans le supérieur à la féminisation des métiers et des études de la tech. 

L'esprit d'initiative

Les programmes de #WoGiTech font en tout cas partie des événements les plus fédérateurs. Pas moins de 3000 jeunes femmes ont participé à la chasse au trésor et à l’atelier de codage organisés dans le cadre de la “Girls Hackademy”. “C’était pour nous une opportunité de célébrer les différentes facettes de la technologie au service du monde meilleur, créer des vocations, déconstruire les clichés et les idées reçues sur la place des femmes dans le milieu de la tech, tout ça dans une ambiance festive” se réjouit Stella Carpenter, speakerine radio de renom, en introduction de la conférence. Un vaste aréopage d’invitées comprenant chief data officers, créatrices de contenus et CEO d’entreprises se sont investies dans une série de dialogues et d’activités ludiques accueillies par des salves d’applaudissements convaincus à n’en plus finir.

La Girls Hackademy : des discussions animées mais pleines de bienveillance

Plus discret mais non moins partisan d’une tech inclusive, le groupe Dassault Système peut lui aussi se targuer d’un projet en faveur de la gent féminine. C’est donc par le biais d’une série de six interviews vidéo partagées sur la plateforme digitale du salon que les visiteurs découvrent le programme international 3DS Women INitiative, destiné à tirer parti de la mixité de genre de ses équipes pour mettre en lumière les talents internationaux. “On trouve des femmes impliquées dans chaque fonction de l’entreprise, à n’importe quel niveau hiérarchique” [traduit] confirme Pascale Montrocher, vice-présidente du service clients de Dassault, dans la première vidéo de la série.

Les prix des valeureuses

À Viva Technology, les projets les plus innovants méritent pignon sur rue. Parmi les nombreuses remises de prix organisées sur les quatre jours, il en fallait bien pour récompenser les start-ups portées par des entrepreneuses de talent. Quand on soutient une cause, on en porte haut et fort les couleurs ! Ainsi Vanessa Counaert, co-fondatrice de la start-up Resortecs, remporte cette année le quatrième Female Founder Challenge, à l’aide d’un projet écoresponsable de production de fils de couture solubles à la chaleur. Inclusifs et écolos, les idées les plus en phase avec les problématiques environnementales contemporaines ne manquent décidément pas de visibilité. 

De l’autre côté du salon, le groupe La Poste récompense lui aussi les talents féminins émérites à travers le prix Coup de coeur national La Poste #FemmesduNumérique. Douze finalistes annoncées, toutes plus ambitieuses les unes que les autres, dont un coup de cœur attribué à Laurence Havé pour sa plateforme Stand Me. “C’est une application qui propose des activités physiques et cognitives adaptées aux patients en traitement de cancer, qui permet d’inclure l’entourage du patient et permet d’envisager l’après-cancer” explique timidement la lauréate. Une enveloppe de 4000 € lui est décernée par La Poste pour le financement de son projet sur KissKissBankBank, contre une de 2000 pour les autres finalistes. Une récompense plus qu’honorable pour récompenser l’implication de finalement peu de déçues.

Prix La Poste

Laurence Havé récompensée par La Poste pour Stand Me (@VivaTechnology)

Une forte dynamique d’inclusivité anime décidément les stands de Viva Technology, qui ne manquent pas chacun à leur manière de mettre en avant la place de plus en plus prépondérante de la femme dans le milieu de la tech. Entre actions engagées, initiatives inspirantes et conférences instructives, les clichés tendent à se déconstruire et les talents féminins à se frayer un chemin vers les postes clés du numérique. La thématique de la diversité se voit soigneusement exploitée par le salon lui-même tout comme ses exposants. Il ne nous reste plus qu’à laisser décanter cette source de perspectives dans la tête des jeunes étudiantes et entrepreneuses venues s’inspirer des meilleures professionnelles. La tech sera-t-elle paritaire d’ici à 15 ans ? Viva Technology nous donne de bonnes raisons d’y croire.

N’hésitez pas à partager cet article !

Vous aimerez lire

Leave a Comment