Pango.fr-Agence N° 1 spécialisée SXO,SEO+UX

Google Link Spam Update : séparer le bon lien de l’ivraie

Le 26 juillet dernier, Google annonçait sur son blog une nouvelle mise à jour. Encore une. Après la Core Update et la Page Experience, le moteur revient cette fois à la charge sur le front du netlinking, avec la Link Spam Update. Car pour la firme californienne, il y a toujours eu le bon lien et le mauvais lien :

« Dans le cadre de nos efforts continus pour améliorer la qualité des résultats de recherche, nous lançons aujourd’hui un nouveau changement pour lutter contre le spam de liens – que nous appelons la “link spam update”. Cette mise à jour de l’algorithme, qui sera déployée au cours des deux prochaines semaines, est encore plus efficace pour identifier et annuler le spam de liens de manière plus générale et dans plusieurs langues. Les sites qui participent au spam de liens verront des changements dans la recherche, car ces liens sont réévalués par nos algorithmes. »

Les points clefs de la mise à jour

  • La mise à jour a commencé le lundi 26 juillet pour durer deux semaines, soit jusqu’au 9 août.
  • Elle est globale et multilingue.
  • Elle annule les liens spammy, mais ne les pénalise pas.
  • Les liens ignorés ne bénéficieront donc plus à votre notoriété et votre classement en pâtira en conséquence.
  • L’attribut rel = “nofollow” suffit, il n’est pas utile d’utiliser l’attribut rel = “sponsored”.

Quelles sont les pratiques et les liens visés ?

Google revient sur les 2 cas de figure les plus répandus :

  • les liens d’affiliation ;
  • les articles sponsorisés et invités.

Dans le premier cas, si Google reconnaît bien entendu (encore heureux) aux sites le droit de monétiser leur trafic, il les invite une nouvelle fois à utiliser l’attribut rel= “sponsored”.

Dans le second cas, le moteur de recherche s’attaque au guest blogging dit de faible qualité et autres échanges de liens. Bref : la pratique courante consistant à payer un site pour qu’il publie un article contenant un lien vers le sien.

Les précédents de Google pour contrer le netlinking spammy

2005 : L’attribut rel=nofollow, créé à l’origine contre les liens spammy en commentaires, est utilisé pour faire la différence entre les liens naturels et les liens sponsorisés.

2012 : Le filtre Penguin pénalise notamment les pratiques de netlinking abusives, comme les échanges de liens et les backlinks de mauvaise qualité.

2019 : Google introduit les attributs rel=”sponsored” et rel=”ugc”. Le premier cible les liens sponsorisés, le second les commentaires et autres messages de forum générés par l’utilisateur (user-generated content).

Manifestement, les dernières recommandations de Google n’ont pas été suffisamment suivies à son goût, d’où cette nouvelle mise à jour.

Quel impact de la nouvelle mise à jour ?

La chasse aux backlinks est tout un art. Alors, qui achète à la chasse perd sa place ? L’efficacité du nouvel algorithme de Google reste à mesurer. Si vous constatez une baisse de votre classement au cours des 8 jours à venir, cela pourrait être lié à cette Link Spam Update. Mais le moteur de Mountain View a encore bien fait les choses en enchaînant les mises à jour cet été… Par ailleurs, Google ne dit pas non plus quelle proportion des résultats de recherche est touchée par cette mise à jour, comme il avait l’habitude de nous le dire avec Penguin et Panda et d’autres mises à jour.

Comment réagir ?

Si par conséquent de nombreuses personnes incitent à utiliser rel = “sponsored” au lieu de “nofollow”, il faut nuancer leur conclusion. En effet, comme l’explique John Mueller : « Il n’y a pas besoin de reconstruire vos sites pour passer de nofollow à sponsored, mais utiliser la variante la mieux adaptée sur les nouveaux sites serait bien. »

Quoi qu’on en dise, le netlinking dit « non naturel » a toujours été une partie intégrante de la stratégie de notoriété et donc du référencement des sites. Les partenariats classiques comme l’échange de liens et les articles invités sont une pratique courante malgré les contre-indications de Google. Et que dire des plateformes spécialisées dont c’est tout simplement le business ?

Si produire du contenu de qualité propre à attirer des backlinks relève du bon sens et demeure la base du SEO, chacun sait que cette bonne pratique ne suffit pas. Un site fraîchement créé aura du mal à se positionner face aux mastodontes.

Reste à voir si ce nouvel algorithme va véritablement changer la donne ou s’il sert juste d’épouvantail.

N’hésitez pas à partager cet article !

Vous aimerez lire

Leave a Comment